> Accueil
> Carnet de route
> Photos

> Trucs et astuces
> Nature
> Cultures et traditions
> Travail à l'étranger
> Qui sommes-nous
> Questions fréquentes> Conférences et exposition
> Contactez-nous
> Nos partenaires
> Coin de presse
> Liens utiles

 

Infolettre

Recevez régulièrement des messages de Caroline et Patrick !

Pour vous inscrire, saisissez votre adresse de courriel et validez !


Politique d'envoi

English

 

  LE MEXIQUE, 15 SEPTEMBRE 2005
 

Vue sur le mont Rainer
Mont Rainier, 4392m Washington,
États-Unis

De l'Ouest canadien à la grande ville de Mexico
Après une nuit d'insomnie, nous quittons par avion la ville de Prince George située au nord de la Colombie Britannique. 4800 km, huit heures de vols et trois escales plus tard nous atterrissons dans la grande ville de Mexico. Tout au long du vol, nous admirons des paysages montagneux incroyables. De nuit, nous observons la lumière qui se dégage des grandes villes. Les neiges éternelles et le couché de soleil aux couleurs de feu rendent la vue presque irréelle. La fatigue nous gagne et partout où nous le pouvons, sur les bancs des aéroports et dans les avions, nous nous endormons. Une fois à la ville de Mexico, de l'aéroport nous empruntons le métro bondé de gens qui se rendent au travail, pour nous rendre à notre hôtel. Le métro de Mexico est le moins dispendieux au monde. Il ne coûte que 20 cents canadiens! Nos gros sacs à dos gênent nos mouvements et nous devons doubler de vigilance pour éviter le vol.
 
18 000 0000 d'habitants
Nous qui avons grandi dans une ville d'environ 15 000 habitants, c'est le choc. 18 millions de personnes vivent ici dans la ville Mexico, soit neuf fois la ville de Montréal. Nous prenons une petite chambre dans un hôtel situé au coeur du centre historique de la ville. Des vendeurs sont installés partout dans les rues. Ils se débrouillent avec ce qu'il peuvent. L'endroit et le trafic sont un peu chaotiques, mais nous nous attendions à pire. Les gens sont sympathiques et les vendeurs ne nous talonnent pas trop, mais il faut les comprendre, car pour plusieurs il s'agit d'une question de survie. Il y a des policiers sur presque tous les coins de rues, mais la corruption qui règne dans le pays nous amène à nous méfier d'eux. Nous passerons 8 jours à explorer la ville et à marcher dans cette jungle humaine.
Rue du centre historique de la ville de Mexico
Rue du centre historique
de la ville de Mexico
 
Fillette mexicaine

Touchés au coeur
470 km au sud de la ville de Mexico, nous mettons les pieds dans la ville de Oaxaca. L'endroit est superbe et une atmosphère détendue y règne. Tous les jours, la musique mexicaine résonne sur la place centrale de la ville. Face à la cathédrale de Oaxaca, les enfants s'amusent à lancer de longs sacs cylindriques emplis d'air. Nous assistons à un spectacle de danse donné par des enfants de la place. Nous les admirons faire leurs pas de danse pendant deux heures. À la toute fin, une petite fille s'avance avec le sourire et remet à Caroline l'ananas avec lequel elle a fait son dernier numéro. Cela ne faisait pas partie du spectacle. Nous avons été surpris et touchés de sa gentillesse à un point tel que les mots ont manqué pour la remercier adéquatement.

Jeune mexicain
 
Les temples de Monte Albán
Perchés sur une colline artificielle à 11 km de la ville de Oaxaca, des pyramides, des temples, des passages souterrains, un observatoire et un jeu de balle furent  découverts. Le lieu a été occupé depuis 10 siècles av. J.-C. par la civilisation zapotèque qui atteignit probablement 25 000 habitants. Des sacrifices humains auraient été pratiqués.
Ruine de Monte Alban Squelette
 
Une route tortueuse
Nous empruntons, une fois de plus, l'autobus pour nous rendre sur la côte ouest mexicaine. Tandis que la majorité des touristes empruntent l'autobus de première classe, nous en profitons pour sauter dans celle de deuxième classe. Moins chère, elle nous permet de nous mélanger à la population locale. Sept heures de routes extrêmement tortueuses nous attendent. Patrick passera à deux doigts de vomir tandis que Caroline achètera des sucettes glacées pour soulager les étourdissements.
 
Crue des eaux, Mazunte
Crue des eaux, Mazunte
Port, Puerto Escondido
Port, Puerto Escondido
Falaise dorée, Mazunte
Falaise dorée, Mazunte
 
Plage et surf
Ainsi nous traversons la chaîne de montagnes Sierra Madre del Sur pour nous rendre à Puerto Escondido qui est à la fois un port de pêche et un lieu touristique. Bien avant que les route pavées s'y rendent, l'endroit était connu pour ses immenses vagues. La plage de Zicatela se classe troisième au niveau mondial pour le surf. Seuls l'Australie et Hawaii occupent les deux premières positions. Nous plantons également la tente dans la petite communauté de 400 villageois de Mazunte. Nous préférons dormir entourés de notre matériel plutôt que dans des lits qui ont été partagés par des centaines de personnes. Les campings se font rares au Mexique. Certains hôtels et auberges permettent de nous installer ainsi et nous leur confions nos objets de valeurs. En plein jour, la chaleur et l'humidité deviennent insupportables à un point tel que nous évitons de pointer notre nez sous le soleil.
 
Voir tous les carnets Voir album photos correspondant

PUBLICITÉS