> Accueil
> Carnet de route
> Photos

> Trucs et astuces
> Nature
> Cultures et traditions
> Travail à l'étranger
> Qui sommes-nous
> Questions fréquentes> Conférences et exposition
> Contactez-nous
> Nos partenaires
> Coin de presse
> Liens utiles

 

Infolettre

Recevez régulièrement des messages de Caroline et Patrick !

Pour vous inscrire, saisissez votre adresse de courriel et validez !


Politique d'envoi

English

 

  RETROUVER LA FAMILLE UN AN PLUS TARD, QUÉBEC, 5 AVRIL 2006  
 
Retrouver la famille après un an
Nous attendons ce moment avec impatience. Le 21 février, nous quittons la jungle du Costa Rica pour enfin revoir la famille et les amis. Comment tout cela se passera-t-il? À l’aéroport, nous sommes accueillis par nos parents. Ils nous retrouvent rapidement, nous serrent dans leurs bras et versent quelques larmes de bonheur. Quelle joie de se rapprocher après tout ce que nous avons vécu cette année. Nous avons beaucoup à nous raconter et nous avons également hâte de retrouver le reste de la famille et les amis.

La famille de Patrick
La famille de Patrick

 
Le choc du retour
Soyons honnête, la réalité des choses n’est totalement pas celle à laquelle on pouvait s’attendre. Nous savions que l’accumulation de nos expériences nous changerait, mais la question est : à quel point vivrons-nous ce changement? Seul le retour à une réalité connue nous permet de le constater. On dit souvent que nous vivons dans une société de consommation, mais en sommes-nous réellement conscients? C’est comme si tout à coup nous portions un regard bien différent sur ce qui nous entoure. On se replie littéralement sur l’acquisition de besoin matériel pour combler un manque. On accord plus d’importance sur ce que l’on a l’air que sur ce que l’on est. On adhère à des idées qui ne sont pas forcément les nôtres seulement parce que c’est le message qui est circulé dans la société. En écrivant ces mots, on répète ce que bien des gens ont dit, mais le besoin de les exprimer à nouveau se fait sentir.
.
Aussi incroyable que cela peut paraître, ce n’est pas au Guatemala à partager notre quotidien avec des orphelins ou encore en passant quelques semaines en Asie que nous avons vécu notre plus grand choc culturel. C’est au retour chez nous que nous le vivons. Pourtant, nous savons que tout n’est pas faux dans notre société. Il existe toujours le beau, le vrai et le véritable. Nous avons seulement besoin de temps pour retrouver un équilibre dans notre façon de voir les choses. Nous savons que rien ne sera plus comme avant car, on ne peut nier notre conscience. Nous sommes certains, qu’une fois l’aventure terminée (nous avons encore 2 ans au minimum devant nous) que nous trouverons le moyen de mettre notre nouvelle perspective des choses à profit. Puisque le voyage se poursuit, nous continuons également à comprendre et observer ce qui nous entoure pour mieux fonder nos principes qui guident notre vie.
 
Voir tous les carnets   

PUBLICITÉS