> Accueil
> Carnet de route
> Photos

> Trucs et astuces
> Nature
> Cultures et traditions
> Travail à l'étranger
> Qui sommes-nous
> Questions fréquentes> Conférences et exposition
> Contactez-nous
> Nos partenaires
> Coin de presse
> Liens utiles

 

 

Infolettre

Recevez régulièrement des messages de Caroline et Patrick !

Pour vous inscrire, saisissez votre adresse de courriel et validez !


Politique d'envoi

English

 

  ENTREVUE AVEC UN MEXICAIN
 
 
MexicainDrapeau du Mexique
Sergio Nolasco, mexicain
La rencontre
Au sud de la ville de Mexico, dans la ville d’Oaxaca, nous avons eu la chance de discuter avec le co-associé de l’auberge de jeunesse où nous avons dormi. Sergio a eu la gentillesse de répondre à nos questions dans un joyeux mélange de français, d'anglais et d'espagnol. Nous avons été surpris des ressemblances entre nos deux cultures. Découvrez quelques facettes de la culture mexicaine!
 

Sergio Nolasco
Dans un pays qui compte 54,6 habitants par km2 versus 3,5 personnes par km2 au Canada, nous avons découvert Sergio Nolasco, un jeune homme de 29 ans. Il gagne son pain en accueillant les visiteurs aux différentes gares d’autobus de la ville d'Oaxaca pour les inviter à son auberge de jeunesse. Il s’assure que les gens se sentent à leur aise et qu’ils ont tout ce dont ils ont besoin. Ce qu’il y aime le plus, c’est la nature. Les montagnes, les rivières, les plages et la diversité de la faune le rendent fier de son pays.

 

Fillette du Mexique

La familia
Pour tous les Mexicains, la famille c’est sacrée. Les enfants sont l’élément central de plusieurs fêtes. Lorsque les enfants n’ont pas encore l’âge d’aller à l’école, les femmes apportent couramment leur petit dernier avec elle. Par exemple, il n’est pas rare de voir la tenante du magasin avec son petit dans les bras. Lorsque les deux parents travaillent, ce qui est de plus en plus fréquent de nos jours, les enfants se font garder en milieu familial ou en garderie. Les repas en famille sont des moments privilégiés qui peuvent durer jusqu'à quatre heures.
 
Le travail
Le secteur privé du Mexique est dynamique, mais il reste encore beaucoup à faire. Ici, pas d'assurance-emploi ou d’assistance sociale. Si vous êtes sans emploi, il n'en tient qu'à vous de vous en sortir. Vous devinerez que cela ajoute un réel stress lorsque vous avez des bouches à nourrir. Les emplois sont très précaires. Pour éviter les augmentations salariales, les employeurs offrent généralement des contrats de quatre ou six mois. Les gens se débrouillent comme ils le peuvent. Certains développent leurs petits commerces, mais comme ils ont peu d'argent à investir, ils demeurent souvent à l'état de petites entreprises. Les Mexicains sont des personnes travaillantes. La chaleur, qui peut atteindre 49°C avec un taux d'humidité intolérable, les ralentit certainement, mais ne les arrête pas. Près de 18% de la population active travaille en milieux agricoles ce qui représente 4% du PIB.

Cactus du Mexique
Au Mexique, la chaleur atteint parfois les 49 °C.

 

Changer le monde

Changer le monde
S’il était possible de changer une chose dans son pays, même s’il est conscient que c’est plutôt utopique, il s'agirait d’éliminer la corruption. En effet, la corruption est un fléau dans cette région du globe. Au Mexique, il est difficile de faire confiance aux autorités policières. Il y a également un grave problème de pollution dans ce pays. La population est peu consciente de l'impact de leurs gestes sur l'environnement. Le long des routes et partout dans les villages, des quantités incroyables de déchets sont à la traînent. Lors de son passage au Canada, Sergio a pu constater à quel point les gens portaient une attention particulière à l'environnement.
 

Le monde à l’envers
L’une des différences culturelles qui nous ont bien fait rigoler, c’est la signification de la couleur de la peau. Pour eux, plus une personne a le teint pâle, plus elle aura de chance de connaître le succès dans la vie. Ainsi, sans même s'en rendre compte, l’enfant dans la famille qui aura le teint le plus clair recevra plus d’attention de ses parents. Pas besoin de vous dire qu’il trouvait ça bien étrange quand nous lui avons dit que nous essayons d’avoir un beau bronzage lors de notre retour au Québec!

 

À la campagne et à la ville
Sergio dit remarquer une grande différence entre les habitudes des citadins et des villageois. Il décrit les villageois comme des personnes plus traditionnelles, plus pratiquantes sur le plan religieux. Les enfants de la campagne ont également tendance à quitter la maison familiale plus tôt que les enfants de la ville. Le besoin de main d'oeuvre sur la ferme force les jeunes de la campagne à quitter le milieu scolaire plus rapidement que les enfants qui grandissent en milieu urbain. Par contre, le taux d'alphabétisation au Mexique est tout de même de 92,5 %.

Lampion
Plus de 93% de la population mexicaine est catholique.

 

PUBLICITÉS